Confinement/Déconfinement - vu par 'La Bobine'

Pour ce second article sur la vie culturelle associative locale, nous avons interviewé Mme Hélène Dilles, Coordinatrice Générale de « La Bobine », l’un des seuls endroits de la cité où sont réunis les éléments essentiels à une vie sociale et culturelle épanouie… malgré la pandémie. Développement :

 

Les fondamentaux

La Bobine est une association oeuvrant depuis une vingtaine d’années dans le domaine de l'action culturelle. Elle propose depuis plus de dix ans dans ses locaux du parc Paul Mistral les prestations suivantes :

- une salle de concert de 300 places

- quatre studios de répétition / un studio d'enregistrement

- un bar

- un restaurant (ouvert le midi)

disponibles toute l'année du Lundi au Samedi.

Elle assure cent vingt évènements musicaux par an, ainsi que dix programmations « jeune public » pluridisplinaires et dix spectacles supplémentaires allant du théâtre aux arts de la rue.

 

Le mode opératoire

Lieu ouvert, la Bobine procède de l'écosytème de l'action culturelle locale et soutient les projets des structures nécessitant des conditions correctes d'accueil du public. Elle est autofinancée à 90 % grâce à la combinaison bar/restauration/billetterie/location studios. Les partenaires publics interviennent à hauteur des 10 % restants en s'investissant dans la diffusion, l'action culturelle, l'accompagnement, l'action sur le territoire.

Elle emploie dix-neuf salariés en CDI et huit intermittents.

 

Confinement (part1)

13 Mars 2020

« On a vu venir cette première problématique avec les groupes qui ne pouvaient plus arriver de l'international. Le 13 à midi, l'annonce d'un maximum de cent personnes devenait interdit et il nous a fallu annuler la soirée prévue le soir même » nous confie Hélène Dilles. « Dès le Vendredi soir, les demandes de chômage technique ont été formulées. On savait très bien qu'en fermant le lieu, on perdait l'équilibre en matière financière. Le Samedi, toutes les structures culturelles de France ont encaissé le même choc, avec la fermeture des écoles et l'impossibilité d'agir autour de la culture et de l'éducation. Le lien social a été brusquement rompu. »

 

Confinement (part2)

Conséquemment, toute programmation a été au mieux reportée à date ultérieure et au pire annulée. « A l'unisson des autres acteurs de la culture, on dépendait des annonces officielles qui mettaient en place des dispositifs d'urgence et du temps de latence administrative de leurs applications. Premier exemple : la mise en place relativement rapide des aides d'urgence (le chômage partiel à 100 % a mis quinze jours à être concrétisé, mais a sauvé notre trésorerie jusqu'en Juin). Dans le même temps, nous nous sommes penchés sur cette problématique : comment accompagner artistes et techniciens ? Comment soutenir les intermittents ? Le chômage partiel mis en place a sécurisé leur manque à gagner d' Avril à Juin. »

 

Confinement ( part3)

« La scénarisation de la reprise n'a pas été sans difficultés. Nous avions énormément d'inconnues dans nos équations entre les disponibilités des artistes et les informations pratiques pour pouvoir remettre en œuvre spectacles et Projets d'Action Culturels… Côté public, rares sont ceux qui ont demandé un remboursement des évènements reportés ou annulés. Au contraire, une solidarité bienvenue s'est fait jour sous forme d'acceptation des reports ou tout simplement de dons ! ».

 

Déconfinement

« L'été paye l'hiver »

«Tout ce qu’on engrange l’été permet de compenser la fréquentation moindre de l’hiver tout en maintenant notre programmation. C’est la règle dans notre activité. Nous revenons enfin à la normale et la période de confinement nous a donné à réfléchir sur les axes suivants : consommer local, circuits courts, être dans des schémas de solidarité. Des schémas vertueux, en somme. »

Malheureusement, la Bobine ne peut plus compter sur la location de ses salles de répétition (réservées pour l'instant aux formations en résidence), ni sur les concerts indoors et encore peu sur le bar restaurant, distanciation oblige…

« On estime avoir perdu 40 % par rapport à notre prévisionnel à l’orée de l’été. Du coup, les préconisations sanitaires attendues pour l'automne vont impacter la manière dont on va pouvoir reprogrammer… Si on reste dans les mêmes dispositions, on va se retrouver dans un modèle économique insoutenable. »

 

« La reprise se fait de manière plutôt positive, mais...

… la perte de revenus sur une période charnière ajoutée à un probable déficit vont rendre plus lourd à maintenir notre projet artistique et culturel. En d’autres termes, la fin de l’année va être extrêmement difficile. La sollicitation d’un plan de relance global et collectif de tous nos partenaires publics est stratégique : il nous permettrait dès la fin de l’été afin d’avoir un peu de visibilité pour maintenir un projet qui sans ça n’est pas viable. »

 

MISE A JOUR : les studios de répétition ré-ouvrent dès Septembre ! Toutes les infos ici :

 

Laurent Bagnard pour Alpes Solidaires

Biens et services associées

Structure associée

Alpesolidaires Association

6 rue Berthe de Boissieux
38000 Grenoble

Site web :

https://www.alpesolidaires.org

Email :

asso@alpesolidaires.org