Sport dans la ville : et si le ballon ouvrait des portes

Thématiques : 
321 lectures
La compétition et le chrono, c'est bien, mais la performance sportive est aussi faite d'esprit d'équipe et de respect. A Grenoble, l'association Sport dans la Ville s'appuie sur ces fondements pour faire du sport un outil éducatif auprès des jeunes. Rencontre avec Sonia Idriss, coordinatrice sportive de l'antenne grenobloise depuis 4 ans.
Pourquoi « Sport dans la ville » ?

L'association utilise le sport comme un outil éducatif, comme vecteur de sociabilité des enfants et d'insertion des jeunes au coeur des quartiers sensibles. Les enfants n'ont pas toujours l'opportunité de participer à des activités sportives. Sport dans la Ville met à leur disposition des équipements et des encadrants diplômés, dans une logique « d’aller vers », dans trois quartiers de l'agglomération : Jouhaux-Teisseire, Villeneuve et Echirolles.
 

Quelles sont les activités proposées ?

 

Nos activités sont organisées en trois programmes : un programme sportif, un programme de découverte et un programme d'insertion professionnelle. Le programme sportif accueille les enfants dès 6 ans hors temps scolaire les mercredis et samedis sur des terrains de foot de Jouhaux et Echirolles et sur le terrain de basket de Villeneuve. 300 jeunes sont inscrits chaque année. Entraînements, matchs et tournois sont organisés par les éducateurs selon les catégories d'âges. Le programme de découverte permet de proposer, aux jeunes ayant le comportement le plus exemplaire sur les terrains sportifs, des séjours de vacances et des séjours internationaux ; ces séjours constituent des moments forts d’ouverture, d’échanges et de progression personnelle pour les jeunes.
 

Et concernant l'insertion professionnelle ?

Le programme « Job dans la ville » favorise l'insertion professionnelle des jeunes à travers un accompagnement individuel, des visites d’entreprises, des ateliers de préparation au monde professionnel et des missions en entreprises leur permettant d’acquérir des premières expériences (stages, alternances…) notamment dans les entreprises partenaires de Sport dans la Ville. 50 jeunes participent actuellement à ce programme. Chacun est « parrainé » par un collaborateur d’une entreprise partenaire ; ce principe de parrainage leur permet de mieux connaître le monde du travail et de se constituer un premier « réseau professionnel ».

Nous avons par ailleurs créé le programme transversal « L dans la Ville », destiné à valoriser le sport féminin et à donner une place aux jeunes filles au sein de leur quartier. Nous organisons ainsi deux séances hebdomadaires (foot et basket) qui fonctionnent très bien et attirent chaque année de nouvelles adeptes. Nous proposons également aux jeunes filles de nombreuses activités de découverte sportives, artistiques ou culturelles, et elles bénéficient d’actions dédiées dans le cadre du programme d’insertion professionnelle.
 

Le sport permet-il la mixité ?

En installant plusieurs terrains au coeur des quartiers, on crée un maillage à travers nos programmes qui donne l'occasion de liens inter-quartiers. On propose aussi des tournois inter-associatifs, des rencontres entre nos jeunes et ceux des clubs en dehors des quartiers... On pousse aussi beaucoup les jeunes vers d'autres sports notamment le rugby avec le FCG ou le hockey à la patinoire Pôle Sud. Chaque année la plupart des jeunes reviennent vers nous, certains s'inscrivent en parallèle à un autre club ou décident d'aller vers une autre discipline que nous leur avons permis de découvrir. C'est très valorisant.

Outre les valeurs du sport, quel est le petit + de Sport dans la Ville ?

Le sport constitue l'élément de base de nos programmes qui évoluent et s'adaptent aux besoins des jeunes. Ils rentrent en contact avec nous sur les terrains de foot, puis plus grands ils sont aidés dans leur parcours d'insertion professionnelle. Nous avons aussi mis en place un système de motivation qui valorise avant tout le comportement et l'assiduité plutôt que les performances sportives. Améliorer son savoir-être par son attitude, son langage par le respect de l'autre sont le véritable sens de notre démarche. Les jeunes qui font de réels progrès sont récompensés en participant par exemple à des tournois sportifs sur Lyon avec les structures partenaires, en assistant à un match professionnel (partenariat avec l'OL, le FCG, le club de hockey de Grenoble...) ; en participant à un camp d'été ou d'hiver (sports nautiques ou de montagne) ; en encore en participant à un programme d'échange pendant 15 jours avec des structures partenaires au Brésil, Etats-Unis et Inde.
 

Comment l'association se finance-t-elle ?

Sur l’agglomération de Grenoble, Sport dans la Ville bénéficie d'un financement public à hauteur de 35% de la part des villes de Grenoble et Echirolles, et de la Région Rhône-Alpes. Mais nos soutiens proviennent à 65% d'entreprises locales telles que Schneider Electric (où nous avons nos locaux), le Groupe Rossignol, les Fondations Oxylane et Artelia, les Editions Glénat et de nombreuses autres. Les partenariats avec les gros clubs professionnels (OL, Lou, FCG...) nous aident aussi à développer l'ensemble de nos activités. Nous ressentons les effets de la crise économique puisque nous dépendons largement du secteur privé mais nous nous en sortons. Bien sûr avec plus de moyens, nous pourrions aussi mieux faire !
 

 

Quelle est la mission dont vous-êtes la plus fière en tant que coordinatrice ?

Le programme « L dans la ville » me tient particulièrement à coeur. La vie dans les quartiers n'est pas facile pour les jeunes filles. Se faire une place dans son environnement quotidien à travers le sport a toute son importance. Nous voyons venir des filles avec une carapace de « dures-à-cuire » et un langage agressif pour se donner un rôle face aux garçons. Le sport leur permet d'adopter une plus grande part de leur féminité. Ce programme comme l'ensemble des activités que nous proposons ont un sens et une utilité sociale bien reconnue. Je suis tout simplement fière de faire partie de Sport dans la Ville et de tout ce que cela comprend !

  

Sport dans la ville en chiffres :
  • 320 inscrits par an
  • « Job dans la Ville » : 50 inscrits
  • « L dans la Ville » : 40 jeunes filles
  • 80% des jeunes inscrits au programme Job dans la Ville trouvent une formation ou un emploi
Sport dans la Ville au niveau régional :
  • 2800 inscrits ;
  • « Job dans la Ville » : 300 inscrits
  • « L dans la Ville » : 300 jeunes filles

www.sportdanslaville.com

A propos de l'auteur

Scop La Péniche

La Scop la Péniche administre les contenus proposés sur les sites de la plateforme Rhone-Alpesolidaires.

Elle assure l'animation éditoriale de cet outil de communication mutualisé par et pour les structures de l'économie sociale et solidaire et de l'entrepreneuriat social.

 ...

Coordonnées

.
38600 Fontaine
Email