Point d'eau, havre de vie dans un quotidien de survie

Thématiques : 
7377 lectures
Pas de question. Quand on vient à Point d'eau, on est accueilli - tout simplement - en tout anonymat. Depuis 20 ans, cette association grenobloise reçoit en journée les personnes en grande précarité, et pour la plupart sans domicile fixe. Point d'eau est un lieu où se poser, où se reposer, le temps de mettre en route une machine à laver, de prendre une douche ou un café. C'est un repère, et parfois un point de départ pour « sortir de la rue ». Visite...
 
Entre deux lotissements plutôt standing, la rue Blanche Monier du quartier de l'Ile verte abrite les locaux de Point d'eau : un préau, une cour, et des espaces intérieurs aménagés pour l'accueil de jour des grands précaires. SDF pour la majeure partie d'entre eux, ils y trouvent des sanitaires, une buanderie, une bagagerie pour y laisser des vêtements d'hiver par exemple, mais aussi un coin café, un salon doté d'une bibliothèque, et des tables pour entamer la conversation ou au contraire s'isoler...
 
Vendredi 12 juillet est un « jour calme »... Une quarantaine d’accueillis seulement viendront au cours de la matinée, moitié moins que le mercredi précédant par exemple. Pendant que les uns finissent un brin de toilette, d'autres plaisantent par petits groupes ou partagent une part de gâteau.
 
Ceux qui, cette nuit encore, ont couché dehors s'offrent deux heures de repos dans les fauteuils du salon, tandis que dans la cour, on se détend en fumant une cigarette ou en jouant à la pétanque.

 

24 000 accueils par an

 
 
Alors combien de personnes sont-elles accueillies chaque année à Point d'eau ? « Environ 3000 mais ce chiffre n'a pas beaucoup de sens, répond Jean-Luc Pellissier, le directeur. Le nombre d'accueils à la demie-journée est beaucoup plus révélateur. Nous avons effectué 24 000 accueils pour l'année 2012. »
 
Un chiffre effectivement parlant quand on sait qu'en 2008, Point d'eau comptait 13 000 accueils annuels. « Nous sommes en queue de comète de crise, et nous sommes en première ligne pour en constater les impacts sur les plus démunis », explique-t-il avant de de confier l'histoire d'un ancien chef d'entreprise, qui, en deux ans, perdait tout.
 
« Cet homme était à la tête d'une SARL de second œuvre. Il avait 3 salariés. Il n'a fallu que le faux bond de deux fournisseurs pour le contraindre à mettre la clé sous la porte. » Alcoolisme, séparation, huissier... Une descente sans fond qui l'a conduit dans la rue, avec comme seul bagage un duvet et un réchaud. Une histoire parmi d'autres chez Point d'eau.
 
 

Un domicile postal

 
« Des fragilités personnelles combinées avec une conjoncture défavorable, et l'on peut connaître la rue », complète Fabien Conte, éducateur spécialisé, salarié de l'association. La crise est certes un facteur incontestable de la montée de la grande précarité, mais pas seulement ! « Nous recevons de plus en plus de demandeurs d'asile, poursuit l'éducateur, et cela est imputable en partie à la régionalisation de la procédure de demande d'asile, qui lie la Drôme, la Savoie et la Haute-Savoie à la préfecture de l'Isère, et place les personnes en situation très difficile... »1
 
Mais attention, Point d'eau n'est pas la réponse à tout ! « Nous ne sommes pas là pour régler directement tous les problèmes, ce n'est pas notre vocation, met en garde le directeur. Point d'eau est un lieu d’accueil. Nous

écoutons, orientons, mais nous ne faisons pas de démarches administratives pour nos accueillis, pas plus que nous contactons à leur place les services concernés... En revanche, ils peuvent utiliser le téléphone de l'association au besoin et surtout obtenir une adresse postale. »

 
Un service essentiel pour sortir la tête de l'eau : « Cela donne la possibilité d'ouvrir un compte en banque par exemple ». Aujourd’hui, 900 SDF ont leur adresse postale grâce à Point d'eau.

 

 
 

Le moment-clé

 
Les accueillis bénéficient aussi des interventions régulières d'associations comme le Planning familial, Médecins du Monde, Aides, etc., pour leurs soins curatifs ou préventifs. Depuis quelques temps, il leur est même proposé des séances de réflexologie !
 
A Point d'eau, on œuvre pour permettre à chacun de s'offrir une tranche de normalité dans un quotidien de survie...
Activités de jardinage, sorties musée ou randonnée : ici, on retrouve - ou on découvre - des moments de vie de Monsieur Madame Tout-le-monde. Et bien que ce soit difficile à mesurer, cela participe à la sortie de la rue...
 
Catherine, ancienne employée de banque de 58 ans, est bénévole depuis 2006. Elle connaît bien les accueillis et a pu observer le phénomène quelques fois. « Il n'y a pas de règle... Mais nous installons de la confiance, et que ce soit au bout d'un mois ou au bout de 5 ans, il arrive ce moment-clé où la personne change de cap, et décide de régulariser sa situation par exemple. »
 
Chaque semaine, Catherine donne de son temps avec bonheur aux grands précaires, tout comme Céline, qui, en plus de son service civique et d'une reprise d'étude en master 2, est fidèle à son poste de bénévole Point d'eau chaque lundi matin.
« Peu importe le métier que je ferai, ce qui compte c'est pour qui je le ferai, confie-t-elle. Ici, le travail a du sens ! J'aime y démarrer la semaine. Et malgré la détresse, on y trouve beaucoup de bonne humeur. Mais, reconnaît-elle, il est toujours aussi déroutant de partager une activité avec un accueilli et de le recroiser en ville le lendemain, faisant la manche... ».
 
Reportage réalisé par la scop La Péniche
Photos scop La Péniche

 

1. En savoir + ? Voir l'interview de Robert Allemand, médecin généraliste, responsable de l'antenne grenobloise de Médecins du Monde Quand Médecins du Monde accueille et accompagne les demandeurs d'asile

 

Et vous

Point d'eau recherche des bénévoles ! Si vous souhaitez en savoir plus, contactez l'association.
Les dons, quels qu'ils soient, sont les bienvenus : serviettes de toilette, produits d'hygiène, café ou biscuits, vêtements, machines à laver ou autres... Coups de pouce acceptés avec plaisir !

 

En bref

Point d'eau, association loi 1901, a été créée en 1993 et emploie 3 salariés : un directeur et deux éducateurs spécialisés. Elle compte à ce jour 73 bénévoles.
 
Point d'eau est une boutique solidarité agréée par la fondation de l'Abbé Pierre.
Elle offre un accueil de jour aux grand précaires.
 
Ouverture :
Mardi, mercredi, vendredi : de 8h30 à 12h
Lundi et jeudi : de 8h30 à 12h et de 14h à 17h.
 
Subventions : Fondation l'Abbé Pierre, DDCS, CCAS Grenoble, Conseil général
 
Adresse : 31 rue Blanche Monier, 38000 Grenoble
Contact : 04 76 44 14 04 - poindeau@wanadoo.fr

A propos de l'auteur

Scop La Péniche

La Scop la Péniche administre les contenus proposés sur les sites de la plateforme Rhone-Alpesolidaires.

Elle assure l'animation éditoriale de cet outil de communication mutualisé par et pour les structures de l'économie sociale et solidaire et de l'entrepreneuriat social.

 ...

Coordonnées

.
38000 Grenoble
Email