Lumière sur les coopératives d’activité et d'emploi

Thématiques : 
1180 lectures
Le développement économique peut être pensé de diverses façons. Les coopératives d'activité et d'emploi (CAE) participent ainsi au développement d'un modèle alternatif au modèle traditionnel. 
Joseph Sangiorgio a de multiples casquettes : chargé de mission et ex-Directeur général de la CAE Coopaname, ancien co-gérant de la CAE Vecteur Activités, Président et membre fondateur de la couveuse d'activités PAPRICA, il est par ailleurs co-président du Groupement d'Economie Solidaire (GES) ADAMS-ADFE. Échange avec un expert sur les tenants et les aboutissants de ces structures.
 
 
Une coopérative d'activités et d'emplois, c'est quoi ?
 
 
Rejoindre une CAE, c'est rejoindre une dynamique collective, sortir de l'isolement souvent connexe au développement d'une activité économique. Ce modèle attire de plus en plus de porteurs de projets. Il permet un partage de connaissances et, quand la taille le permet, le développement d'une « mutualité du travail » : une forme de « banque interne » permettant à la CAE de procéder à des avances de trésoreries. Ces prêts occasionnent parfois des pertes qui sont cependant absorbées par le collectif.
 
Les porteurs de projets débutent en contrat d'appui au projet d'entreprise (Cape), un dispositif qui leur reconnaît le droit d'exercer une activité pendant trois ans sans avoir de contrat de travail. Trois années durant lesquelles ils conservent leurs prestations sociales et peuvent développer leur activité afin de pouvoir se salarier par la suite.
 
Faire partie d'une CAE, c'est aussi la possibilité pour les porteurs de projets de bénéficier de la protection sociale du salarié.
 
Enfin, intégrer une CAE, c'est augmenter ses chances de réussite comme le montrent plusieurs études menées par des chercheurs sur Coopaname. Ce à quoi Joseph Sangiorgio ajoute : « s'investir dans une structure collective, c'est s’inscrire dans une logique d'action et de redéfinition du modèle économique dans lequel nous vivons. »
 
 
Zoom sur deux structures d'appui aux porteurs de projets
 
Vecteur Activités est créée en 2000 sur le plateau du Vercors sous le nom de Vercors Initiative, une association couveuse qui se transforme en SCOP en 2003 afin que les porteurs de projets puissent rester dans la structure une fois leur activité développée. Devenue CAE grenobloise, celle-ci propose un co-accompagnement par les pairs : « vous êtes accompagné par le fait de rencontrer d'autres porteurs de projets ».
 
PAPRICA, nouvelle couveuse d'activités grenobloise, est complémentaire de Vecteur Activités. Elle s'adresse à un public jeune souhaitant créer son propre emploi à travers une activité à vocation sociale. Pour ce public, souvent dépourvu de droits au chômage, la structure permet au porteur de projet de se salarier en contrat aidé dès qu'il a les moyens de financer le complément de salaire nécessaire. Un modèle actuellement remis en question au vu des baisses des contrats aidés.
 
Ces deux structures sont liées par une même philosophie : elles favorisent la création de son propre emploi. La sélection de nouveaux coopérateurs se fait principalement sur le critère de la motivation : « Ce que l’on souhaite des personnes qui nous rejoignent c’est qu’elles s’impliquent dans la vie du collectif  ». PAPRICA offre cependant un accompagnement individuel, ce qui permet d'accueillir des porteurs de projets nécessitant un appui plus spécifique.
 
 
Une volonté de valoriser le travail et non l'emploi
 
Pour Joseph Sangiorgio, l'enjeu des CAE aujourd'hui est de réhabiliter la notion de travail. « L’emploi c’est la monétarisation du travail et ce n’est pas ce qui nous intéresse ! Les CAE se concentrent sur les savoir-faire et les valorisent ».
 
Il souhaite voir se constituer, au niveau local, un groupe de réflexion sur ce thème : comment permettre aux personnes éloignées de l'emploi de se redonner une vision positive du travail ?
 
Les coopératives ont ainsi une importante composante d'éducation populaire et un rôle fort à jouer dans la redéfinition de nos modèles économiques.

A propos de l'auteur

Alpesolidaires Association

L’association Alpesolidaires a été créée en novembre 2004 et réunit des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) de l’agglomération grenobloise autour d'un projet territorial de l'ESS.
 
Contacter l'association : asso@alpesolidaires.org – 06.68.35.32.22
Contacter l'administration du site :
...

Coordonnées

Maison des associations
6 rue Berthe de Boissieux
38000 Grenoble
Tél : 
06 68 35 32 22
Email