« A bientôt j'espère » : Le cinéma dans votre salon, c'est possible !

Thématiques : 
5309 lectures

Imaginez : dans votre salon, une quinzaine de personnes silencieuses sont captivées par le film projeté sur le mur où trônent habituellement vos photos de vacances. Ce qui est de coutume votre espace de vie s’est transformé, le temps d’une soirée, en une mini-salle de cinéma. Irréel ? Pas le moins du monde ! Grâce à l’association « A bientôt j’espère », vous pouvez gratuitement accueillir un film, un débat et un public chez vous.

Le cinéma documentaire à domicile

Créée en avril 2012 par une poignée d’acteurs de la culture et de l’éducation populaire, l’association grenobloise s’est lentement structurée l’an dernier avant de réellement développer son activité en février dernier. « Nous sommes cinq à l’origine de l’association », explique Cyril Hugonnet, l’un des piliers du projet. « Nous avons imaginé un dispositif permettant de montrer des films documentaires et d’en débattre hors du contexte trop confidentiel des festivals et des salles de spectacle. » Après avoir envisagé de se déplacer dans une vaste caravane transformée en salle de cinéma, l’équipe a choisi une autre solution : apporter le cinéma directement chez l’habitant, dans la droite lignée du cinéma forain qui, avant la Première Guerre Mondiale, venait à la rencontre des populations. « Il s’agit d’opérer un glissement : ne plus chercher à faire un événement culture à l’échelle d’une ville – l’offre classique – mais à faire un événement dans les vies et à l’échelle d’une vie – notre proposition culturelle co-construite avec et grâce aux habitants et pour leur entourage », poursuit Cyril.

La culture défendue par l’association se démarque des tendances commerciales et se compose de films documentaires de création et expérimentaux, trop souvent cantonnés aux espaces culturels. L’ambition d’A bientôt j’espère est de rompre avec l’image élitiste de ce cinéma et le rendre accessible à tous. « Un film est trop souvent considéré comme un objet sacré que l’on aime ou déteste en bloc. Pourtant, comme dans une conversation avec quelqu’un, on peut passer vingt minutes ennuyeuses et, tout à coup, vivre un moment extraordinaire », affirme Cyril.

Une démarche personnalisée

Organiser une projection dans votre salon, d’accord, mais comment ? L’association a imaginé une démarche personnalisée. Les deux présentateurs-animateurs rencontrent d’abord l’hôte volontaire. Celui-ci choisit l’une des thématiques de la programmation puis les animateurs retiennent le film qui leur semble le plus pertinent. « Nous donnons des cartons d’invitation à notre hôte afin que la séance commence avant même la projection », évoque Cyril. « L’hôte sélectionne ses invités. Nous souhaitons qu’il convie de 10 à 15 personnes, amis, parents ou voisins. » Cet effectif permet de créer un instant particulier, à cheval entre l’intime et le public. « Nous créons ainsi un entre deux qui nous paraît intéressant. »

Le jour J, les présentateurs-animateurs arrivent chez vous, armés de leur matériel : un vidéoprojecteur, un écran, un équipement sonore. Votre mission ? Accueillir vos invités et leur préparer un petit dîner. Avant la projection, tous les convives boivent l’apéritif, puis les intervenants présentent le film. « Chaque œuvre s’inscrit dans un ensemble plus vaste : nous composons des cycles de deux mois, chaque cycle comportant trois thèmes et chaque thème comportant trois ou quatre films », précise Cyril. Ainsi replacé dans la continuité de la programmation et dans son contexte cinématographique, le documentaire est projeté à l’assemblée d’une quinzaine de personnes. Dès la fin du film, la conversation s’engage, les intervenants de l’association veillant à ce que personne ne soit exclu des débats ou ne monopolise la parole. « Ensuite le repas peut prendre la forme d’un apéritif ou d’un buffet. Les invités peuvent aussi apporter quelque chose à manger. L’objectif est de créer un moment de convivialité tout en débattant du film tous ensemble », explique Cyril.

Un véritable succès

Originale, la formule séduit. De février à fin avril, l’association a ainsi organisé en moyenne une séance par semaine et, bien souvent, les invités sollicitent à leur tour l’association pour accueillir chez eux une projection. « Les gens ont souvent peur : ils pensent que nous sommes un club de cinéphiles, que les films sont ennuyeux et que nous parlons de sujets très techniques. Pourtant nous ne sommes pas du tout dans cette logique : notre seul but est de partager un moment tous ensemble, de discuter de ce que l’on vient de voir, d’établir des liens entre le cinéma et notre propre vie. En soignant l’ambiance, nous voulons créer de la magie », précise Cyril. Une magie qui ne demande qu’à s’immiscer dans votre salon parce que ses instigateurs veulent « aller vers le public, là où il vit, dans ses murs ». Alors à bientôt, j’espère !

L’association

Créée en avril 2012 par :

  • Anne-Dorothée Lebrun, gérante de la SCOP bar Le Saint Bruno à Grenoble.

  • Emmanuel Isaac, projectionniste à la Cinémathèque de Grenoble et programmateur au sein de l’association de cinéma itinérant Le Poulpe Pirate.

  • Loïc Cloez, chargé d’accompagnement de projets culturels pour Cap Berriat.

  • Cyril Hugonnet, programmateur de l’association de diffusion de cinéma documentaire et expérimental Gute Nacht ! et membre de la collégiale du 102 à Grenoble.

  • Thomas Vasseur, administrateur de l’Hexagone à Meylan.

Contact

15 rue Georges Jacquet

38000 GRENOBLE

info@a-bientot-j-espere.org

07 71 02 06 27

A propos de l'auteur

Scop La Péniche

La Scop la Péniche est une entreprise coopérative spécialisée dans l'animation de communautés professionnelles autour des enjeux de communication web, de numérique et de data.

Elle assure l'accompagnement à maitrise d'ouvrage à la stratégie, à la conception et à l'animation éditoriale...

Coordonnées

.
38000 Grenoble
Email